craquements doigts lyon coaching

Les os qui craquent : vraiment dangereux?

Qui n’a jamais entendu un bruit sec, comme un claquement, qui intervient lorsqu’on redresse le dos, bouge une épaule, ou fléchit un genou ? Qui n’a jamais essayé de faire « craquer » ses articulations des doigts ?

D’où viennent ces claquements : est-ce une usure de l’articulation, l’annonce d’un problème futur, une bizarrerie indolore, le signe d’arthrose ?

L'articulation humaine :

lyon coaching sportif domicile

Il faut bien comprendre tout d’abord que ce bruit ne se produit qu’au sein d’une articulation. Toutes les articulations du corps humain se composent de 2 os qui se touchent au niveau de leurs cartilages, une sorte de couche protectrice qui recouvre la tête des os et permet à ceux-ci de glisser les uns sur les autres sans danger. Une membrane synoviale entoure également chacune de nos articulations et sécrète un liquide synovial, qui assure le transport des nutriments. Il est indispensable au maintien du bon état du cartilage.
A noter également que du gaz est dissous dans ce liquide (oxygène, azote et surtout CO2)

Le mécanisme de base du craquement :

Ce « pop » peut venir de plusieurs origines, intra ou extra articulaire.

L'origine intra-articulaire : si on essaie d’étirer une articulation (les doigts par exemple), on ne pourra pas l’étirer indéfiniment. Heureusement, vous me direz… Plusieurs facteurs limitent cet étirement, notamment le volume du liquide synovial. Il ne peut pas prendre de l’expansion et laisser l’articulation se distendre,à moins que les gaz qui y sont dissous ne reviennent à l’état gazeux. Si on tire assez fort sur l’articulation, la baisse de pression ainsi créée contraindra les gaz à revenir à l’état gazeux (on parle de « cavitation »). Le volume à l’intérieur de l’articulation augmente d’environ 15 à 20%. Vous l’aurez deviné, le crac que l’on entend provient de ce passage des gaz dissous vers l’état gazeux. Vous aurez remarqué également que l’on ne peut plus craquer ses doigts une fois qu’on l’a fait une fois. Il faut donc attendre que les gaz se dissolvent à nouveau dans le liquide synovial.

Ce mécanisme est exactement identique aux bouteilles d’eau gazeuse. Embouteillées sous haute pression, le gaz carbonique dissous dans la bouteille revient à l’état gazeux aussitôt que la pression sur le liquide baisse en ouvrant la bouteille, faisant ainsi apparaître ces fameuses bulles.

Voici une vidéo récapitulant le mécanisme :

Une autre origine de ces « pops » provient du frottement des tendons et des ligaments. Les experts les nomment « craquement extra-articulaire » (Lamontagne, 1999). Pour qu’un muscle puisse provoquer du mouvement, au moins une articulation va généralement être sollicitée. Quand celle-ci bouge, le tendon qui lui est relié peut frotter sur d’autres structures, comme un autre tendon, un ligament, un muscle ou une protubérance osseuse et générer ainsi ce bruit si particulier. Ainsi vous remarquerez que ce bruit d’origine extra articulaire n’intervient que pour certains mouvements bien précis qui provoquent justement ce frottement, alors qu’il n’interviendrait pas pour un mouvement moins ample, plus bas ou juste légèrement différent. Quant à savoir si la manœuvre est dangereuse ou si elle peut endommager l’articulation, aucune preuve scientifique n’a été avancée.

Faire craquer ses doigts ne donne pas d'arthrose, nous avons fait une étude sur plus de 200 personnes et ce pendant 50 ans!
Donald Unge. Allergologue

Selon Raymond Brodeur (Université Michigan State, ergonome), il n’y a d’ailleurs aucune relation entre l’habitude de se faire craquer les doigts et l’arthrose. Une étude récente vient d’ailleurs confirmer cela, avec un allergologue qui s’est fait craquer 36500x les doigts de sa main gauche en 50 ans, sans faire craquer sa main droite, et qui n’a constaté au final aucune différence d’arthrite (francetvinfo.fr/sciences)

Ainsi, en l’absence de douleur, retenez que ces bruits sont très rarement dangereux et font partie du fonctionnement normal de l’ensemble du système musculo-squelettique du corps humain. Vous n’avez plus le droit de dire « arf, ça craque, j’ai de l’arthrose ! »

Merci à Yvan Campbell