lyon coaching musculation adolescent

La musculation bloque-t-elle la croissance des adolescents ?

Définissons tout d´abord ce que veut dire « bloquer la croissance » :

lyon coaching musculation adolescent

Une fracture de la plaque de croissance épiphysaire qui n´est pas soignée peut stopper votre croissance. Ce genre de fracture est une blessure sérieuse ayant des conséquences potentiellement nocives pour la vie. Cependant, une intervention médicale compétente, et dans le pire des cas une intervention chirurgicale, répare cela facilement.

Une croissance peut donc être bloquée par ce genre de fracture. La question que l´on se pose alors est : la musculation ne favorise-t-elle pas l´apparition de ce type de fracture ?

La musculation à ne pas pratiquer par les ados ?

Plusieurs études ont cherché à savoir si la pratique d´un sport comme la musculation causait ce type de fracture chez les adolescents plus qu´une autre discipline.

Le gouvernement des Etats-Unis a rassemblé des données sur les blessures chez les adolescents. (1) Leurs résultats indiquent qu´environ 50% des fractures de la plaque de croissance surviennent dans des sports ou activités de loisir. Et parmi ces sports, le football, le basketball, le skateboard, le rugby et le cyclisme sont les 5 sports pour lesquels il y a le plus de fracture. La musculation, quant à elle, n´était pas directement impliquée dans ces fractures

En outre, une étude publiée dans le journal médical Pediatrics (2) a fait le point sur la question de l´entraînement de musculation pour les enfants et adolescents. Elle a conclu qu´un entraînement de musculation approprié n´avait pas d´effet secondaire apparent sur la croissance linéaire, ni sur la croissance des plaques de croissance épiphysaire, ni sur le système cardiovasculaire des enfants en bonne santé.

Il est donc raisonnable de conclure que les idées reçues qui affirment que la musculation peut stopper votre croissance ne sont pas seulement fausses, mais elles sont aussi nuisibles. Le risque de fracture de la plaque de croissance épiphysaire, à cause d´un accident durant une activité de loisir, n´est pas une raison suffisamment valable pour que les adolescents se privent des nombreux bénéfices positifs de l´entraînement de musculation.

Pourquoi cette fausse idée revient souvent ?

lyon coaching musculation adolescent

Beaucoup de médecins pensent (à tort) que les haltérophiles et les powerlifteurs, à cause d´un entraînement en musculation trop intensif, ont causé des torts irrémédiables pendant leur croissance, d´où leur petite taille. La conclusion certainement hâtive est donc que la musculation pratiquée à l´adolescence peut causer des torts à la croissance. C´est pourtant l´inverse ! Les meilleurs haltérophiles sont en général assez petits car la distance qu´ils doivent faire parcourir à la barre est logiquement plus petite que pour les plus grands. Ce sont donc leur stature qui leur permet d´être performant, et non pas leur entraînement qui leur ont " imposé " leur stature.

En conclusion

Si l´on s´en tient à l´idée selon laquelle il ne faut pas faire de musculation avant la fin de sa croissance, on ne touche pas une barre avant 17 à 21 ans ! Plus généralement, comme des études ont démontré que la musculation est très loin d´être l´activité causant le plus de fracture des plaques de croissance épiphysaires, il ne vaut mieux pas faire de sport du tout avant 17 à 21 ans. Football, basketball, rugby, arrêtez tout !

Vous aurez bien sûr deviné le second degré..

L´importance de la pratique de la musculation a largement été démontré dans l´amélioration de la force, la tonicité et de la souplesse musculaire. Les plus grands champions, vous l´aurez deviné, n´ont pas attendu d´avoir 21 ans pour s´entraîner. Comme pour toute activité physique, la musculation est à pratiquer avec sérieux, modération, avec de bons encadrants et avec des exercices adaptés à son niveau.

Bibliographie

(1) Overview of Injuries in the Young Athlete. Sports Medicine, Volume 33, N. 1, 2003 , pp. 75-81(7).

(2) Strength Training by Children and Adolescents PEDIATRICS, Vol. 121 No. 4 April 2008, pp. 835-840.

www.bodyscience.fr